02/01/2007

Dimanche 01/07/2007 - PROMENADE AU DEPART DU LAC SUPERIEUR DE COO (MONT SAINT-VICTOR - BOIS DE STALON - BEAULOUP - HEYD SAINTE-ANNE - BOIS DU FOIRBAILEU - BRUME.)

Cette promenade partira du lac supérieur de Coo et se déroulera sur les sommets de collines boisées. Coo 1Elle nous fera découvrir des paysages impressionnants sur les vallées de l’Amblève, de la Salm, et des ruisseaux de Bodeux et du Baleur. Elle se déroulera principalement dans les bois. Après notre traversée en forêt, nous découvrirons le petit hameau de.Brume et sa très ancienne chapelle Saint-Hilaire. La durée de la balade est d’environ 3 heures.

Regroupement :  13 h 45, au panorama du lac supérieur de Coo, au sommet du hameau de Brume.

Départ :  14h00 précises.

Guide :  Michel ALBERT

P.A.F : 3;50€ par personne. Ce prix est le coût de votre participation à la journée organisée par le Groupe Découvertes.

Itinéraire :  Itinéraire voiture: Prenez l’autoroute des Ardennes. Quittez celle-ci à la sortie n° 48 "Malmédy, Stavelot, Trois-Ponts". Suivez la nationale 66 dans la même direction, jusqu’au "Pont de Neufmoulin" (reconnaissable à sa pompe TOTAL ; son garage Ford et son café des pêcheurs). Continuez tout droit, toujours en direction de 'N66 - Malmédy - Stavelot - Trois-Ponts'. Laissez sur votre gauche « Chauveheid » puis « Rahier ». Après 4,2 kilomètres parcourus sur la « N66 » depuis le pont de Neufmoulin, vous verrez le panneau 'Basse-Bodeux - Trois-Ponts'. Après 800 mètres sur la même N 66 depuis ce panneau se trouve, isolée sur la gauche de la route, la taverne du camping «l’ancienne barrière ». Immédiatement après le parking de cet établissement, tournez à gauche. Coo 2
ATTENTION ! Cette route à gauche ne comporte aucun panneau indicateur mais est reconnaissable par un talus de captage d’eau muni de deux petites cheminées et un banc. Suivez cette route à gauche traversant les bois sur 4,5 kilomètres, jusqu’à un point de vue reconnaissable à son panneau touristique situé sur une pelouse en triangle, son banc et son Christ, ainsi que son petit panneau blanc en forme de losange indiquant « panorama 460 m ». Ce lieu constitue notre point de départ.

Recommandation : Des chaussures de marche et / ou des bottes sont conseillées, surtout par temps de pluie.
Drink : A Trois-Ponts à la taverne "Au Vieux pont ".

Renseignements : Groupe Découvertes - Philippe SLOOTMANS - 04/252.92.41 (les vendredi et samedi de 19h à 20h30 et le dimanche de 10h à 12h)

11:03 Écrit par Philippe SLOOTMANS dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Coo...Comme si vous y'étiez! Comme si...

Comme si...Par un long métabolisme, la nature s'était libérée de son blason obsolescent et nous plongeait par ses nouveaux apprêts dans une douce ataraxie.

Comme si... Par tous les chemins sillonnés, nous entendions ses pulsations intimes par ses fluides sylphiques transportés.

Comme si... Son avifaune nous rappelait par son verbiage euphonique son magistère.

Comme si... Son opulence hiératique semblait nous inviter à la plénitude sensorielle et au plaisir hédonique.

Comme si... Son lit végétal ouvragé lançait d'ardentes veloutes qu'un baldaquin bleuté damasquiné d'enluminures cotonneuses adoubait et lui conférait une beauté androgyne.

Comme si... Nimbée d'un voile diaphane elle nous berçait de son eurythmie atavique tandis que son magnétisme nous rappelait sa magnificence.

Comme si... Son doux murmure sensuel et son enchanteresse fragrance nous enveloppait de désirs psychédéliques et d'une concupiscence propitiatoire.

Comme si... Elle semblait défier l'espace- temps par la voluptuousité de son harmonie et la polyphonie de sa symphonie.

Comme si... C'était une munificence de la création.

Comme si... C'était un paragon de nature.

Comme si... C'était l'été!

Daniel Vossen.

Écrit par : vossen | 03/07/2007

Balade aux alentours de Brume du 1er juillet 2007 Balade du 1er juillet 2007 aux alentours de Brume

Les météorologues avaient prédit beaucoup de pluie en ce 1er juillet. Certes, le ciel est parsemé de cumulo-nimbus mais le temps resta sec et plutôt ensoleillé avec une température idéale pour la promenade.
Notre guide, Michel Albert, nous avait concocté une nouvelle fois une superbe promenade dans une des plus belles régions de Wallonie.
Notre rendez-vous était fixé à proximité du hameau de Brume à 460 mètres d’altitude. Comme nous nous trouvions près de la centrale hydroélectrique de Coo, Michel nous rappela le principe de cette centrale d’appoint. Capable de produire 900 mégawatts par an, elle utilise l’énergie de l’eau. Celle-ci est pompée dans l’Amblève durant la nuit pour être stockée dans deux grands bassins situés à 500 m d’altitude. Le jour, l’eau alimente de puissantes turbines verticales souterraines couplées à des alternateurs pour convertir l’énergie de l’eau en électricité. La rentabilité de ces installations est tirée de la différence entre les coûts de l’électricité le jour et la nuit.
La promenade débuta par un large chemin empierré, bordé de fleurs estivales, centaurées, séneçons, grandes marguerites, digitales pourpres. L’itinéraire resta en altitude en suivant les circonvolutions de l’Amblève et du lac de Coo. Les importants dénivelés nous offrent un dépaysement étonnant fait de crêtes boisées et de villages dispersés à flan de collines.
Le chemin s’engage dans la forêt largement constituée d’épicéas qui règnent en maîtres sur ces hauts plateaux au climat humide. Cà et là, des coupes de bois rappellent l’importance économique de ce matériau dans cette région.
Un peu plus loin, nous nous engageons dans une forêt où prédominent les hêtres et les chênes dont la canopée apporte la fraîcheur. Un petit détour, un nouveau paysage s’offre à nous. Michel évoque l’origine de la cascade de Coo. Au 18e siècle, les moines de l’Abbaye de Stavelot redressent le cours de l’Amblève pour alimenter un moulin à eau, en taillant dans la colline. Par la suite, le site fut visité entre autre par un certain roi George III. Devenu dément, il n’hésita pas à faire précipiter une vache du haut de la cascade. La reine des belges Marie-Henriette s’opposa à la dénaturation du lieu par l’implantation d’une papeterie.
A chaque changement de direction, un vaste paysage montagneux typiquement ardennais nous attend. Nous voici maintenant sur un chemin en surplomb. A notre droite, un somptueux paysage découvre à nos yeux le château de Froide Cour dont le nom évoque le climat rude en hiver. Au bord du chemin, nous observons un terrier appartenant vraisemblablement à un blaireau. Ce plantigrade très difficile à observer le jour, déambule le soir pour se nourrir de limaces et de petits rongeurs.
L’ascension d’une colline nous dévoile de nouveau le château dans son écrin de verdure.
A la sortie de la forêt, nous approchons des prairies entourant Brume, village perché au dessus de la vallée de l’Amblève. Nous faisons une halte à la chapelle Saint Hilaire dont le nom pourrait évoquer la bonne humeur. Saint Hilaire vécu au 4e siècle. Intellectuel rigoureux, il a laissé de nombreux écrits théologiques. Il s’est notamment opposé à la doctrine hérétique d’Arius d’Alexandrie qui niait la divinité du Christ. Il fut condamné par le 1er concile de Nicée en 325 et lors du 2e concile de Constantinople en 381.
Nous quittons le hameau par un chemin herbeux entre des haies vives gage d’une biodiversité qu’il est grand temps de ménager.
Ce couloir naturel nous conduit au pied du Mont Saint-Victor. Notre guide nous propose de faire un petit détour pour admirer le lac inférieur, en forme de croissant, de la centrale de Coo.
Nous nous frayons un passage entre des massifs de fougères et de ronces. Il suffit de tendre la main pour goûter aux framboises. Au bout de ce chemin broussailleux une petite déception nous attend : la vue sur le lac est bouchée par une végétation trop généreuse. Qu’à cela ne tienne, un dernier effort faisant perler les fronts de sueur nous permet d’atteindre le sommet de la colline d’où nous pouvons enfin apercevoir le lac. Et voilà la boucle, bouclée.
Un verre bien mérité après ces efforts, pris à la terrasse d’un café de Trois-Ponts, clôture cette belle et enrichissante journée. Un grand merci à Michel Albert pour la préparation de cette balade marquée par la diversité, et qui, par ses intéressants commentaires, a contribué à éveiller notre curiosité.

Écrit par : LOCHT | 04/07/2007

longue et belle balade ... Après les deux commentaires bien différents mais plein de charme ci-avant, il m'est impossible de rédiger encore un compte-rendu.
Mais ...chose promise,... chose due.
Je prends donc la souris simplement pour mettre en évidence la sympathique ambiance dans le groupe de bons marcheurs que nous étions ce premier dimanche de juillet 2007.

Merci à tous pour votre bonne humeur partagée .

Écrit par : elisabeth | 09/07/2007

Les commentaires sont fermés.