08/03/2006

05/11/2006 - Visite à l’ancien charbonnage du Hasard de Cheratte

Saviez-vous que Cheratte - bas comptait au temps des belles années du charbonnage une dizaine d’artisans armuriers (il en reste à présent un, les établissements Fissette) et quarante trois cafés - restaurants. Cheratte comptait et compte toujours aujourd’hui une cité ouvrière fleurie aux belles façades faites de colombages, ce qui pour l’époque était assez exceptionnel.
Le 31 octobre 1977, le charbonnage du Hasard à Cheratte fermait définitivement ses portes. A l’époque, 677 gueules noires travaillaient encore dans cette mine qui, à ses heures de production les plus intenses, occupait jusqu’à 1.500 personnes. Depuis 28 ans, ces bâtiments à l’architecture impressionnante qui ne manquent pas d’attirer l’attention des passants qui circulent sur la route Visé - Liège, à Cheratte - bas, attendent toujours une réaffectation. Les lieux sont exceptionnellement ouverts aux visiteurs.   Ils sont le témoin d’un riche passé industriel. Au début des années 80, le charbonnage cherattois, ainsi que le château Saroléa (situé en face) érigé, lui, au XVII e siècle, ont été acquis pour la modique somme de 175.000 euros par un entrepreneur limbourgeois, Armand Lowie, qui serait, aujourd’hui, prêt à les revendre pour plus d’un million d’euros ! L’Association Culturelle « Paul Renotte » (du nom de cet artiste et résistant liégeois qui fut échevin communiste de la Cité ardente aux lendemains de la guerre) est fort impliquée dans la protection de l’ancien charbonnage du Hasard de Cheratte.


Regroupement :
  Avant-midi : 10 h 00 et après-midi : 13 h 00, A l’église Notre Dame de l’Assomption de Cheratte-Bas

Déroulement :

- matin : visite du charbonnage du Hasard de Cheratte,
- midi : pique-nique à emporter,

- après-midi : balade pédestre.

Observations : Cheratte est certes très connu mais mal connu.  Cheratte est connu notamment pour ses nombreux artistes dont François Waltéry mais également pour ses nombreux colombophiles. Le comité de quartier de Cheratte-Bas est très impliqué dans la vie quotidienne et sociale.   Il a, par exemple, en collaboration avec des entreprises partenaires de la région, entrepris la réalisation d’un espace loisir ouvert à toutes les communautés de Cheratte. Petit mot concernant la balade : elle se fera le long de petits sentiers de pierre et de terre, quelques routes secondaires nous seront cependant nécessaires pour boucler l’itinéraire.   Chemin faisant, les deux guides de notre visite du matin et de notre balade de l’après-midi nous feront découvrir quelques curiosités propres à Cheratte et ses alentours. Plusieurs vues dont celle plongeante sur le site industriel de Chertal et une autre sur la Meuse combleront à souhait un de vos cinq sens. Ne me dites plus Cheratte, c’est moche, etc. A cela, je vous dis carrément NON,

Départ :  10h15 la matin et 13h15 l'après-midi.

Guide :  Jacques Chevalier et Manuel Madera Perez de l’Association Culturelle "Paul Renotte".

P.A.F :
- 5€ par personne : pour la visite du matin et la balade de l’après-midi - ce prix est votre participation à la journée organisée par le Groupe Découvertes.

- 4€ par personne : uniquement pour la balade de l’après-midi - ce prix est votre participation à la  journée organisée par le Groupe   Découvertes.

Itinéraire :  Itinéraire voiture: Autoroute Liège - Visé sortie Herstal - Wandre. A la sortie de l’autoroute, prenez la direction de Wandre tout droit jusqu'au feu de signalisation au passage à niveau.  Ensuite, prenez à droite, puis directement à gauche la grande route en direction de Visé.  Notre rendez-vous est à l’église Notre Dame de l’Assomption de Cheratte-Bas.

Recommandation : Des chaussures de marche et / ou des bottes sont conseillées, surtout par temps de pluie Des habits sombres et quelque peu usagés sont vivement souhaités pour la visite du matin.
Drink : Au café "Le Pacific" situé en face de l’église Notre Dame de l’Assomption de Cheratte-Bas.

Renseignements : Groupe Découvertes - Philippe SLOOTMANS
04/252.92.41 (les vendredi et samedi de 19h à 20h30 et le dimanche de 10h à 12h)
 

16:28 Écrit par Philippe SLOOTMANS | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

A propos de la visite du matin Je ne sui pas heureux de la publicité faite dans la presse sur cette viite, nous nous étions bien entendus sur le fait que cette visite était discrète car clandestine. Selon moi seul un petit nombre de visiteurs pouvaient être admis, adultes, sans animaux ni enfants, pas de PMR, vu la dangeroité des lieux. Pour notre association il est évident qu'il n'est pas question de récolter le moindre cent à cette occasion, nous sommes tous bénévoles. D'autres personnes venant de Hollande doivent visiter avec nous le site selon nos conditions, ellesz n'ont rien à nvoir avec le groupe "Découvertes". Nous sommesz déçus car nous croyions que seuls des membres de ce groupe devaient participer à la visite et force nous est de constater que cette publicité ne s'adresse pas à ce public. Nous nous réservons le droit de refuser l'accès au site si besoin en est parce que cela ne correspondrait pas à nos accords établis il y a plus d'un an et confirmés en septembre 2006 devant témoin (Myriam Piron) au Tchératî, à Cheratte-haut.
Pour ce qui est de la randonnée de l'après-midi nous serons là à 13 h pour la guider sans problème.

Écrit par : Jacques CHEVALIER | 04/11/2006

Notre visite et balade à cheratte - Commentaires de"Jacques Chevalier après la balade et la viste". La photo est floue, c'est fait exprès. Cela se passe intra-muro au Charbonnage du Hasard à Cheratte ce matin. 43 visiteurs à l'appel du Groupes Découvertes, plus 8 amis hollandais et belges photographes et nous, Manu, David et moi, les locaux de l'étape.

Une visite qui en aura marqué certain(e)s aux fonds des tripes quand on retrouve sur des livres des noms, qui d'un père, qui d'un oncle, d'une connaissance ayant travaillé en 1967 là disparu ajourd'hui. Emoi et révolte aussi de voir laissé à rien un tel patrimoine.


Et, l'après-midi, une bonne trentaine sur les 9 kms d'une marche à travers Cheratte. Une réussite à mettre à l'actif du groupe "Découvertes" et de la locale de Cheratte de l'ACPR !



Écrit par : Philippe Slootmans | 08/11/2006

Droit de réponse - A propos de cette activité comme pour les autres activités organisées par le Groupe Découvertes - Groupe de balades et de loisirs Toutes les activités du Groupe Découvertes - Groupe de balades et de loisirs sont annoncées dans la presse depuis fin 1994 date de la création du groupe, car nous n'avons simplement rien à cacher à personne !

Écrit par : Philippe Slootmans | 09/11/2006

T'en fais pas Philppe Je ne râle plus et l n'y a pa eu de conséquences fâcheuses, c'était une très belle journée qui nous a permis de rencontrer des personnes bien sympathiques. Toujours partant pour l'organisation d'une nouvelle ballade dans un an ou deux.
15 mai 1956 ? ta date de naissance ? La même que celle de ma fille Gaëlle, à part qu'elle c'était en 1981. On ne rajeunit pas. Ciao, bonnes routes.

Écrit par : Chevaljak | 10/11/2006

Ce texte avec nos remerciements à messieurs Slootmans et Chevalier (de la part de Cécile, Didier, Nadine et André Jedrzejski) suite à la visite "clandestine" du charbonnage de Cheratte le 05/11/2006.
J'ai vécu cette visite avec beaucoup d'émotion et j'écris ces lignes avec autant d'émoi.
Cécile, ma fille aînée (22 ans) passe en autobus devant ce charbonnage depuis des années. Elle rêve de pouvoir passer ces murs pour voir où son grand-père ( dziadzia en polonais) a travaillé. Aujourd'hui décédé, mon papa a travaillé comme mineur de fond (abbateur) dès 1951 à Cheratte après avoir débuté en 1945 à St Nicolas. Il m'a laissé de vagues témoignages.
Elle voit sous la rubrique "promenades et loisirs" de Passe Partout (n° 44) l'organisation de cette visite et m'en informe aussitôt. "Il faut y aller, papa!" Je lis ce message d'une manière haletante comme si ma fille me l'avait écrit essoufflée.
Dimanche 5/11. Dans l'enceinte du charbonnage, deux de mes quatres enfants, mon épouse et moi, sommes silencieux, comme dans une église. Au fur et à mesure de la visite, nous oublierons le vandalisme subi par ce site historique, comme si tout à coup, il revivait. On imaginait papa, dziadzia, à la pointeuse, au guichet de paiement. Sûr, il était par ici, par là. On ramassait des cartes de pointage, à la recherche, d'un nom connu, du sien. Didier trouve un morceau de masque à gaz.
Lors de la montée au sommet de la vieille tour, je lâche : "Ce lieu est lieu de mémoire, de recueillement".
Notre émotion allait atteindre son paroxysme alors que nous visitions les vestiaires muni des douches de mineurs. Cheratte était un charbonnage où le mineur rentrait propre et sortait propre. Il y avait eu au moins 1300 mineurs. Il y avait au moins 1300 numéros de vestiaires.
Je déambulais dans ces vestiaires pestant d'avoir oublié le matricule de mon papa. Plus bas, ma fille feuilletait un cahier (17 Couche I à 398 m Puits intérieur, du 1 au 15/9/1954), manuscrit qui reprenait pour deux semaines les tâches d'une équipe de mineurs. Il gisait au sol parmis un tas d'autres, voués à la destruction. Je l'entends encore crier après moi, la gorge nouée, en remontant vers les vestiaires :"Papa, il y a le nom de dziadzia, il y a Jedrzejski Valentin". Elle avait les larmes aux yeux. Jedrzejski Valentin écrit d'une superbe écriture ronde. C'est sûr, elle a retrouvé ce qu'elle cherchait. Une trace du passage de son grand père. Ce genre trace qui donne l'impression qu'il est là, pas bien loin, qu'il nous guide sur ses traces dans le chabonnage.
Moi, j'ai relevé son matricule, 234. Je suis d'abord remonté au premier étage des vestiaires pour retrouver le sien et sa douche et tenter de l'immortaliser (Zut, l'appareil photo tombe en panne).
Puis, je compulse le cahier. A côté de son nom, 15 colonnes. 12 sont marquées au crayon, il a été blessé le 9/9. Il travaillait six jours par semaine. Je crois savoir qu'ils pouvaient abbattre l'équivalent de douze chariots de charbon (6 tonnes). J'essayerai de confirmer cette allégation après recherches.
Mon épouse a cherché d'autres cahiers avec le nom de papa et de ses amis dont nous nous souvenions des noms, ceux dont il nous avait parlé.
Nous avons quitté le charbonnage avec quatre cahiers. Non pas comme des pilleurs. Où nous les avons trouvé, ils allaient être détruit. Dans ceux-ci apparaissent les noms de monsieur PAPIERNIK, WRONA, MARCHEWSKA... des noms prononcés par papa. Ces cahiers sont en de bonnes mains. Celles des enfants et petits enfants de "dziadzia".
Cécile et Nadine ont voulu les montrer à leur grand-mère et belle-mère. Celle-ci était étonnée de savoir que ses petits enfants avaient un besoin si profond de retrouver des racines de leur histoire.
Frères et soeurs se sont déjà concertés pour retourner sur ces lieux.
Merci. Mais, il n'y a pas de mots pour qualifier ce qu'a vécu ma famille. Nous avons vécu un moment magique, comme si c'était notre père ou notre grand-père qui nous guidait dans ces lieux. Nous avons un moment oublié qu'ils étaient saccagés, vandalisés. Dieu puisse un jour aider les gens qui travaillent en ce sens à ce que celà cesse pour ne pas que la mémoire disparaisse.
Remerciements à monsieur Slootmans, il ne peut pas imaginer ce qu'il nous a apporté. Aussi à monsieur Chevalier et à tout ceux qui essayent de protéger, de sauver ces lieux.
Jedrzejski André, Cécile, Lucie, Thierry, Didier et Stimart Nadine. (Hermalle, le 11/11/2006)

Écrit par : Jedrzeski André | 11/11/2006

visite 5/11/2006 charbonnage du Hasard Cheratte Un grand merci aux organisateurs de cette journée.
Fille d'un ancien mineur italien (arrivé à Cheratte en 1948 et décédé en 1966) lors de cette visite nous avons pû rendre hommage à notrte père et à tous les mineurs de Cheratte.
Nous avons compris et réalisé l'organisation du charbonnage - les vestiaires, la lampisterie, les douches, les cartes de pointage, les guichets de paie... BEAUCOUP de souvenirs ont refait surface même si certains étaient douloureux.
Le village, les écoles et la vie des habitants de la cité - dont nous avons fait partie, je suis née là-bas.
La vie était très active à Cheratte grâce à l'exploitation du Charbonnage, il ne faut pas oublier que les mineurs ont payé de leur vie et de leur santé, les conditions de travail étaient dures et pénibles, mais la solidarité était très présente.
Pensez-vous organiser une autre journée comme celle-ci? Nous serions heureux d'y participer avec d'autres personnes.

Écrit par : CONTESTABILE Josephine | 12/11/2006

Les commentaires sont fermés.